Bulletin info-LAVE de
L'Association Volcanologique Européenne
Jeudi 23 Juillet 2020


Popocatépetl (Mexique)

        Le CENAPRED indique qu'une puissante éruption s'est produite sur le Popocatepetl dans l'après-midi du 22 juillet 2020. Le VAAC de Washington indique que le panache de cendres a atteint une altitude d'environ 7300 m. Des retombées de cendres étaient attendues dans les zones sous le vent. De tels événements se produisent en général quand la pression détruit le dôme de lave au fond du cratère. Le reste du temps, le système de surveillance enregistre les habituelles "exhalaisons", autrement dit des panaches de gaz et de vapeur. Le niveau d'alerte volcanique reste à la couleur Jaune Phase 2. Malgré les restrictions, on voit des randonneurs inconscients grimper jusqu'au cratère et filmer le sommet du volcan.


Pacaya (Guatemala)

        L'activité strombolienne reste intense dans le cratère Mackenney du Pacaya. Le volcan projette des matériaux incandescents jusqu'à 100 m au-dessus du cratère. Une nouvelle coulée de lave a émergé de la base nord-ouest du cône sommital, devant Cerro Chino le 20 juillet. Les autres coulées mentionnées précédemment sont toujours actives. Les stations sismiques enregistrent un tremor en relation avec l’arrivée de magma et de gaz. La population et les touristes sont invités à rester à l'écart du volcan.
Source : INSIVUMEH


Stromboli (Italie / Îles Eoliennes)

        L’INGV donne plus de détails sur les derniers événements observés sur le Stromboli. L’activité explosive se situe dans deux bouches de la zone cratérique N (nord) et quatre bouches dans la zone C-S (zone cratérique centre-sud). Des explosions de la bouche N1 projettent parfois des téphra à 200 m de hauteur, ainsi que des lapilli et des bombes qui arrosent toute la zone sommitale. Des explosions de faible intensité au niveau de la bouche N2 expédient des téphra à 80 m de hauteur. Des explosions sont également observées au niveau des bouches S1 et S2 de la zone C-S.
        Comme indiqué précédemment, une forte séquence explosive a débuté à 5h00 le 19 juillet 2020 et a duré environ 4 minutes. La première explosion s'est produite au niveau de la bouche centrale de la zone C-S, mais en quelques secondes, toutes les bouches de la zone C-S ont montré de l’activité. Un panache de cendres s'est élevé jusqu'à 1 km de hauteur. Les blocs et lapilli sont retombés le long de la Sciara del Fuoco et ont atteint la mer environ 40 secondes après le début de l'événement. L’événement a endommagé la caméra infrarouge de l’INGV.


Nishino-Shima (Japon / Archipel d'Ogasawara, Île de Nishino-Shima)

        Une grande quantité de cendres est toujours émise par le cratère sommital de Nishinoshima, avec des panaches de cendres s'élevant à environ 1,7 km, avec des retombées jusque dans la mer. Des dépôts de gros blocs jonchent le sol au pied du cône. Des fontaines de lave s'élevant à 200 m au-dessus du cratère sont observées pendant la nuit, avec des éclairs dans les panaches de cendres. Le cône atteint environ 200 m de hauteur, soit environ 40 m de plus qu'au 1er décembre 2019. Il est demandé aux embarcations de rester à au moins 2,5 km du cône.
Source : JMA


Gunung Agung (Indonésie / Petites îles de la Sonde, Île de Bali)

        Aucun événement majeur n'a été enregistré sur l’Agung au cours des derniers mois. La dernière éruption a été enregistrée le 13 juin 2019. Au cours de l'année écoulée, la sismicité est restée généralement faible ; des séismes d’origine volcanique sont toujours enregistrés, mais ils sont de moins en moins fréquents. Les données de déformation indiquent une stabilisation du processus de déflation de l’édifice volcanique. Une anomalie thermique a été détectée pour la dernière fois dans les données satellitaires en octobre 2019 et n'est pas réapparue. On peut voir des panaches blancs s'élever de 20 à 150 m au-dessus du sommet. Le niveau d'alerte de l’Agung a été abaissé à 2 (sur une échelle de 1 à 4) le 16 juillet 2020 et il est demandé au public de ne pas pénétrer dans une zone d'exclusion d’un rayon de 2 km.
Source : VSI


Kilauea (États-Unis / Hawaii, Big Island)

        Aucun événement volcanique significatif n'est actuellement observé à Hawaii, en cette période de Covid-19.
        Le Kilauea n'est pas en éruption. On observe les niveaux habituels de sismicité et de déformation du sol, ainsi que de faibles émissions de SO2. On a relevé des modifications géologiques mineures depuis la fin de l'activité éruptive en septembre 2018. Le lac au fond de l’Halema'uma'u continue de grandir et de s’approfondir lentement. Le 30 juin 2020, la profondeur du lac était d'environ 39 m.

Source : HVO


Mauna Loa (États-Unis / Hawaii, Big Island)

        Le Mauna Loa n’est pas en éruption et reste au niveau d'alerte "Advisory" (surveillance conseillée). Cela ne signifie pas qu'une éruption est imminente, mais que le volcan doit être tout de même surveillé. Des séismes de faible magnitude sont enregistrés dans la partie supérieure du volcan ; la plupart des hypocentres sont à faible profondeur. Les mesures GPS montrent une lente inflation sommitale sur le long terme, en relation avec la recharge en magma du réservoir superficiel du volcan.
Source : HVO