Bulletin info-LAVE de
L'Association Volcanologique Européenne
Jeudi 4 Novembre 2010


Merapi (Indonésie / Île de Java)

        Au cours d'une violente éruption (trois fois plus puissante que la première crise éruptive de la semaine dernière), le Merapi a envoyé des nuages de cendre à plus de 2 km de distance ce matin. Des projections de matériaux incandescents ont jailli jusqu'à 500 mètres de hauteur et sont retombées jusqu'à 500 mètres à la ronde. Le vent a poussé le nuage de cendre vers Magelang à l'ouest du volcan. Les volcanologues ont conseillé aux compagnies aériennes d'éviter la région. De fortes pluies ont provoqué des lahars. 75 770 personnes se trouvent aujourd'hui dans les camps contre 74 933 hier.

       Au cours d'une visite dans les camps de réfugiés, le Président indonésien a demandé aux autorités locales et aux personnels en charge de la sécurité d'évacuer si nécessaire par la force les personnes qui refusent de quitter la zone de sécurité. Cette mesure a également été prise afin d'empêcher les villageois de retourner dans leurs fermes et donc de mettre leur vie en danger.

       Hormis la mauvaise visibilité sur les routes, la cendre volcanique et l'odeur de soufre qu'elle véhicule entraînent des difficultés respiratoires. Les gens se plaignent d'avoir le souffle court. Dans les camps, on recense de nombreuses infections des voies respiratoires ainsi que des irritations de yeux. 200 personnes en moyenne se rendent chaque jour au dispensaire de Sleman suite à des problèmes respiratoires.

Source : The Jakarta Globe.


Grimsvötn (Islande)

        On a observé de l'activité sismique dans la région du Grimsvötn au cours du week-end dernier ainsi qu'une augmentation de la fonte de la glace. Le débit des eaux glaciaires qui s'écoulent dans le secteur de Gígjukvísl est passé de140 m3 par seconde lundi à midi à 455 m3 mardi à la même heure et à 1659 m3 à 18 heures. Mercredi matin le débit était supérieur à 2000 m3 par seconde. D'après un hydrologue, le pic devait être atteint dans l'après-midi. Les volcanologues islandais pensent que cette augmentation du débit est surtout due au fait que le barrage de glace qui retient les eaux du lac sous-glaciaire est en train de se rompre et offre donc un chenal plus grand au passage de l'eau. Les mesures de débit de l'eau et de la sismicité sont semblables à celles effectuées avant l'éruption de 2004. Les scientifiques pensent que si une éruption se déclenche, elle sera très limitée. A noter que l'on a enregistré une coupure d'électricité à Kirkjubæjarklaustur suite à la collision d'un bloc de glace charrié par la rivière avec un pylône électrique.

       Comme prévu, l'inondation causée par le Grimsvötn a perdu de la vigueur après avoir atteint son pic hier mercredi vers 13 heures. Il est probable que l'eau qui s'était accumulée sur le Grimsvötn s'est maintenant évacuée. Aucune victime n'est à déplorer et les dégâts sont minimes. Il faut maintenant comparer les données de cet événement avec celles de l'inondation précédente qui a eu lieu en 2004. A l'heure actuelle, il est impossible de dire si une éruption fera suite à l'inondation. Comme indiqué précédemment, les éruptions du Grimsvötn sont fréquentes et généralement de faible ampleur.

Source : Iceland Review.