Bulletin info-LAVE de
L'Association Volcanologique Européenne
Mercredi 6 Janvier 2010


Turrialba (Costa Rica)

        Le volcan est entré en éruption hier mardi à 14h28, après une longue période de silence. L'Observatoire avait observé une augmentation de l'activité sismique depuis le week-end. La région qui entoure le volcan n'est pas très peuplée. Toutefois, vingt personnes ont été évacuées et une trentaine d'autres devraient l'être aujourd'hui. Le volcan ne menace pas les grandes plantations de caféiers.
        Le Turrialba ne s'était pas manifesté depuis une période d'activité de deux ans qui avait débuté en 1864 pour se terminer en 1866. La cendre était alors retombée jusqu'au Nicaragua, à plusieurs centaines de kilomètres du volcan.

Source : Agence Reuters


Piton de la Fournaise (France / Île de la Réunion)

        L'intensité de l'éruption est stable avec, de temps en temps, quelques regains d'activité.
        Quelques coulées de lave et une bouche éruptive principale restent actives comme le montrent les photos sur le site de l'Observatoire et celles de Patrice Huet (que nous remercions) visibles sur notre site.


Nyamuragira (République Démocratique du Congo / Chaîne des Virunga)

        Le 5 janvier, un hélicoptère emportant à son bord du personnel de l'observatoire volcanologique de Goma et du parc des Virunga, a pu survoler le Nyamuragira qui est entré en éruption le 2 janvier au matin. A l'heure actuelle, l'éruption se poursuit. La lave a parcouru 21 kilomètres et n'est plus qu'à 7 km de la route entre Goma et Sake. Selon les participants à ce vol, on assiste à un spectacle de désolation.
        Lorsque l'éruption a débuté, quatre cratères étaient actifs. Trois d'entre eux se sont calmés, mais le quatrième continue à émettre de la lave. Cette dernière avance beaucoup plus vite maintenant car la pente est plus forte. Si la lave atteint la route entre Goma et Sake, ce sera une catastrophe. Pour le moment, elle s'écoule uniquement dans le parc des Virunga, mais les volcanologues pensent qu'elle peut atteindre la route en 2 ou 3 jours.
        Ce qui a également frappé les personnes qui ont participé au survol de la région, c'est la déforestation due au commerce illégal du charbon de bois. On peut voir des gens sortir du parc avec le charbon de bois des Virunga.
        Par chance, les chimpanzés de Tongo - espèce menacée - sont hors de danger pour le moment. Des antilopes et d'autres petits animaux s'éloignent des flancs du Nyamuragira, mais on ne dénombre pas de pertes.

Source : Site officiel du Parc des Virunga : http://gorillacd.org