Bulletin info-LAVE de
L'Association Volcanologique Européenne
Jeudi 4 Mars 2021


Etna (Italie / Sicile)

        --- Infolave de 9h00 ---
        Vers 01h40 (heure locale) le 4 mars 2021, l’INGV a observé une hausse du tremor sur l’Etna avec, comme précédemment, la source au niveau du Cratère Sud-Est. On a ensuite observé une intensification de l’activité strombolienne dans ce même Cratère Sud-Est, mais aussi dans le Voragine. Alors que le tremor continuait d’augmenter, l’activité strombolienne au Cratère Sud-Est s’est transformée en fontaines de lave. Vers 04 heures du matin, la lave a débordé du cratère et a formé une coulée qui s’est dirigée vers la Valle del Bove. Le tremor a ensuite commencé à rapidement décliner. On pensait que ce déclin marquait la fin de ce 9ème paroxysme. Mais, depuis 7 heures du matin, le tremor montre une hausse rapide et il est donc probable que l’activité éruptive va reprendre de plus belle. On attend la suite !
        --- Infolave de 13h30 ---
        En Sicile, la série de paroxysmes au cratère Sud-Est de l’Etna continue avec un 8ème événement observé le 2 mars 2021 et un 9ème le 4 mars au matin. Le processus éruptif est toujours le même : fontaines et coulées de lave au niveau du Cratère Sud-Est. Des retombées de cendres et lapilli sont observées dans les secteurs sous le vent.

Source : INGV


Stromboli (Italie / Îles Eoliennes)

        L'activité du Stromboli se caractérise actuellement par des explosions stromboliennes de faible intensité, à raison d’une dizaine d’événements par heure, accompagnés de projections de scories et de cendres. Cette activité se limite au cratère Nord-Est, tandis que l’on observe des bouffées da gaz et de cendre dans la partie sud-ouest de la terrasse cratèrique.
        Vers 02h30 (heure locale) le 1er mars 2021, on a enregistré deux explosions au niveau du cratère Nord-Est. La deuxième a projeté des matériaux jusqu’à 200 m de hauteur avec des retombées sur la Sciara del Fuoco et en direction du Pizzo. L’activité sismique qui s’était intensifiée pendant la séquence explosive est redevenue normale par la suite. On n’enregistre pas de déformation de l’édifice volcanique.

Source : INGV


Montagne Pelée (France / Arc volcanique des Petites Antilles, Île de la Martinique)

        Dans son dernier bulletin, l’Observatoire Volcanologique et Sismologique de Martinique (OVSM) indique qu’après une accalmie de quelques jours, on a observé une augmentation de la sismicité d’origine volcanique à l’intérieur de la Montagne Pelée. Les secousses sont de faible magnitude et ne sont pas ressenties par la population. Les instruments de l'Observatoire ont enregistré au moins 46 séismes de type volcano-tectonique de magnitude inférieure ou égale à 1, entre le 19 et le 26 février 2021. Leurs hypocentres sont à faible profondeur à l’intérieur de l’édifice volcanique, entre 1,2 km sous le niveau de la mer et 1 km au-dessus du niveau de la mer, à l’exception d’un séisme localisé à 15,1 km sous le niveau de la mer.
        L'OVSM se veut rassurant et explique que lors des phases de réactivation volcanique, il est fréquent que des périodes de plus forte activité sismique alternent avec des phases de sismicité plus faible. La sismicité d’origine volcanique reste toutefois au-dessus du niveau de base moyen enregistré entre le 1er janvier 2015 et avril 2019, date du début de son augmentation.
        Dans son dernier bulletin hebdomadaire, l'OVSM note également "qu'une zone de végétation fortement dégradée, brunie, et morte, est toujours observée sur le flanc sud-ouest de la Montagne Pelée, entre la haute rivière Claire et la rivière Chaude, au-dessus de leur confluence." Une intervention sur le terrain le 8 février 2021 avec le soutien des pompiers et de l’hélicoptère de la Protection Civile, a confirmé la présence dans cette zone d’un dégazage diffus et passif de CO2 à partir du sol, sans présence de fumerolles, mais nettement supérieur au niveau de base.
        Cette situation a conduit l’Observatoire à maintenir le niveau de vigilance Jaune pour la Montagne Pelée.

Source : OVSM


Soufrière de Saint-Vincent (Saint-Vincent et les Grenadines / Arc volcanique des Petites Antilles, Île de Saint-Vincent)

        Les images satellites du 23 février 2021 ont confirmé que le dôme de La Soufrière de Saint-Vincent continue de croître lentement dans le cratère avec quelques fluctuations périodiques. L'analyse des gaz émis par le nouveau dôme donne des résultats stables. Ils se composent de vapeur d'eau (H2O), de dioxyde de carbone (CO2,), d'hydrogène sulfuré (H2S) et de dioxyde de soufre (SO2).
        La NEMO demande en permanence au public de s'abstenir de visiter le volcan de La Soufrière, en particulier le cratère.

Source : Médias d'information locaux


Reykjanes (Islande)

        La sismicité se poursuit sur la Péninsule de Reykjanes. Les secousses font partie d'un essaim qui a commencé le 24 février 2021. L’événement le plus fort atteignait M 5,7. A 14h20 le 3 mars, une augmentation soudaine du tremor a été détectée par la majeure partie du réseau sismique islandais. Le tremor a sa source dans une zone à 2 km au sud-ouest de Keilir sur la Péninsule de Reykjanes. Des épisodes similaires de tremor ont déjà été observés avant des éruptions volcaniques en Islande. Cependant, personne ne sait si, quand et comment le magma atteindra la surface.
Source : Iceland Review


Pacaya (Guatemala)

        L’INSIVUMEH indique qu'une augmentation de l'activité strombolienne a été observée sur le Pacaya le 3 mars 2021, avec des projections de matériaux incandescents jusqu'à 500 m au-dessus du cratère Mackenney. Cette activité s'est accompagnée de fortes émissions de cendres jusqu'à 5,5 km d’altitude et de deux nouvelles coulées de lave de 800 à 1000 m de long sur le flanc sud-ouest. D’importantes retombées de cendres ont été signalées dans plusieurs villages.
Source : INSIVUMEH


Pinatubo (Philippines / Île de Luzon)

        Le PHIVOLCS a relevé le niveau d'alerte du Pinatubo de 0 à 1 le 3 mars 2021 en raison d'une augmentation de la sismicité avec 1722 séismes de faible magnitude détectés depuis fin janvier. Les essaims allaient de M1.0 à 2.8, à des profondeurs comprises entre 15 et 25 km. Tous les événements ont été provoqués par la fracturation de la roche sous le volcan. Le nouveau niveau d'alerte signifie qu'il y a une activité partielle susceptible d’être causée par des événements tectoniques sous le volcan. Une émission globale de CO2 de 378 tonnes par jour a également été mesurée au niveau du lac de cratère du Pinatubo en février, ce qui est inférieur au niveau de base estimé à 1000 tonnes par jour.
        Le PHIVOLCS rappelle à la population et aux visiteurs que l'entrée dans le cratère du Pinatubo doit se faire avec une extrême prudence et être évitée autant que possible.

Source : PHIVOLCS


Kliuchevskoi (Russie / Kamtchatka)

        Au Kamchatka, la couleur de l'alerte aérienne reste à l'Orange pour l'Ebeko, le Klyuchevskoy et le Sheveluch. Elle est Jaune pour le Bezymianny.


Sinabung (Indonésie / Île de Sumatra)

        Le Sinabung reste bien actif et a connu un nouvel épisode éruptif le 2 mars 2021. Le panache de cendres s'est élevé jusqu'à 5000 m de hauteur, avec des retombées sur les villages à proximité du volcan. L’éruption s’est également accompagnée de coulées pyroclastiques atteignant 5 km de longueur sur le versant est-sud-est.
        L'activité volcanique avait augmenté au cours de la semaine dernière ; les volcanologues ont enregistré 13 nuages de cendres. Il n'y a pas eu de nouvelles évacuations et le trafic aérien dans la région n’a pas été trop affecté. La couleur de l’alerte aérienne est passée au Rouge pendant la crise et a ensuite été ramenée à Orange.

Source : The Jakarta Post