Le tour du monde en 80 Volcans
Les fiches volcans : Sakurajima
Les fiches volcans : Sakurajima

 
Volcan n°  : 0802-08=
Situation   : Île de Kyushu
Pays             : Japon
Altitude      : 1 117 mètres
Type             : Strato-volcan
Latitude     : 31, 585° Nord
Longitude : 130, 657° Est





Situation : 

        Le volcan Sakurajima se situe dans la baie de Kinko (ou baie de Kagoshima), à 8 km de la ville de Kagoshima (530 000 habitants, au Sud de l'île de Kyushu). C'est un strato-volcan qui a une circonférence de 52 km et une surface de 80 km². Il est formé de trois pics, le Kitadake (pic Nord) 1 117 m, le Nakadake (pic du milieu) 1 080 m et le Minamidake (pic Sud) 1 040 m. Ce dernier est actuellement actif. Avec l'Aso, l'Asama et le Mihara, il figure parmi les quatre plus importants volcans du Japon.


Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Activité historique : 

        Depuis six siècles où elles ont été enregistrées, les éruptions sont continuelles, les plus violentes ont eu lieu en 1476, 1779, 1914 et 1946, les émissions de cendres volcaniques ayant alors atteint plus de 6 000 m et obscurci le ciel sur des centaines de milliers de km².
        Mais l'éruption de 1914 reste la plus connue, les cendres se sont alors élevées jusqu'à 8 000 m avant de retomber, entre autre, sur le Kamtchatka et la Sibérie. Des torrents de lave estimés à plus de 3 000 millions de tonnes se sont déversés à l'Est et à l'Ouest du Sakurajima, recouvrant prêt de 20 km² et obstruant, à l'Est, un chenal marin de 400 m de large et 72 m de profondeur. Ainsi, depuis 1914, le volcan Sakurajima qui était isolé, est maintenant relié à la péninsule d'Osumi sur la grande île de Kyushu. Cette éruption a englouti trois villages avec plus de mille maisons. Seuls émergent encore le sommets de trois toriis, sorte de portiques à l'entrée de lieux sacrés.
        En 2002, on comptait de 15 à 70 explosions, d'importances variables, par jour, les colonnes de cendres ne dépassant pas mille mètres. Les poussières volcaniques sont omniprésentes ; les habitants ont constamment le balai à la main et les touristes, les appareils photos protégés. Sur la partie Ouest du champ de lave de 1914, il est possible de parcourir un sentier de 3 km de long tracé à travers de très spectaculaires et étranges formations, avec, toujours en arrière-plan la présence proche du volcan émettant régulièrement ses panaches.


Géologie : 

        Située à 500 m d'altitude, une plate-forme (le Yunohira) permet d'observer parfaitement les émissions du Minamidake situé à vol d'oiseau à un peu plus de deux km de là. Un sentier part de la partie Nord du Sakurajima pour s'élever jusqu'à 800 m d'altitude, mais il circule à travers d'anciennes coulées sur le flanc du Kitadake et il masque les émissions du Minamidake. Au Sud du Sakurajima, le bord de mer recèle de nombreuses sources chaudes telles que Shirahama et Furusato où des bains ont été aménagés.
        Le Sakurajima est célèbre aussi pour la fertilité de son sol où poussent, entre autres, au printemps, les daïkons, les plus gros radis du monde (30 kg), et, en automne, les komikans, les plus petites mandarines du monde (3 cm de diamètre).
        L'échantillonnage géologique, le long de sentiers et sur les coulées permet de recueillir essentiellement des rhyolites, des pierres ponces gris clair, jaune et rouge et de l'obsidienne de médiocre qualité. Le long de la côte, on trouve aussi quelques magnifiques pillows-lavas à croûte de pain. Et, bien sûr, la cendre est omniprésente sur les sentiers.



Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Surveillance : 

        Compte tenu de sa situation dans une région très peuplée, le Sakurajima bénéficie d'un des dispositifs de surveillance les plus modernes et les plus complets du monde : séismomètres, accéléromètres, tiltmètres, extensomètres, échantillonnage des gaz, GPS... Des informations, mais uniquement en japonais, peuvent être trouvées à la Maison du Volcan, près du port.


Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Sakurajima, juillet 2006 (photographie : Jean-Luc Pilet)

Sakurajima, juillet 2006

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Conseils pratiques : 

        Le Japon devient abordable à condition d'acheter son billet d'avion trois mois à l'avance, de dormir dans les ryokans et les minshukus (hôtels japonais), de manger japonais, dans les gares et les grandes surfaces, et de prendre les autobus locaux.
        Les sentiers, parfois très scabreux, pour accéder aux volcans actifs ne sont pas « bouchés et couverts de barbelés et de barrières ». Dans les endroits présentant un danger éventuel (gaz, éboulements) des pancartes indiquent que l'on s'engage sous sa propre responsabilité et que l'on ne viendra pas vous chercher !


Vue satellite : 

Carte : 

Désiré Corneloup

  LAVE n° 100 - Janvier 2003

Réactualisation août 2006