Le tour du monde en 80 Volcans
Les fiches volcans : Mont Baker
Les fiches volcans : Mont Baker

 
Volcan n°  : 1201-01=
Situation   : Chaîne des Cascades au nord
                         de l'État de Washington

Pays             : État de Washington,
                         États-Unis
Altitude      : 3 285 mètres
Type             : Strato-volcan
Latitude     : 48, 777° Nord
Longitude : 121, 813° Ouest


Géologie : 

        Le Mont Baker est considéré, après le Mont Saint-Helens, comme le volcan le plus actif de la chaîne volcanique des Cascades qui s'étend du Meager Montain (Ouest Canada) au Lassen Peak (Californie). Comme la plupart des volcans de la côte ouest américaine, le Mont Baker repose sur une croûte continentale non volcanique. Son activité a débuté il y a environ 900 000 ans après subduction de la plaque océanique sous la plaque continentale. Une énorme éruption de laves andésitiques et de cendres a laissé une caldeira de 3,5 km de diamètre, Kulshan Caldera, visible au nord-est du volcan depuis Artist Point. « It's like being at the top of the world », vantent les guides touristiques.
        Un volcan intermédiaire, les Black Buttes, actif entre 400 000 et 300 000 ans, s'est ensuite édifié, donnant du basalte et surtout des téphras.
        Le Mont Baker actuel date de moins de 30 000 ans et repose sur les Black Buttes. Toutes les émissions qui ont eu lieu durant l'âge glaciaire (jusqu'à il y a environ 9 000 ans) ont été érodées. Les deux cratères actuels, Sherman Crater et Dorr Fumaroles, se sont édifiés au cours des 6 600 dernières années. Les énormes éruptions ont déposé une couche de cendres et de téphras de 8 mètres d'épaisseur jusqu'à 45 km alentour. Avec la présence de glaciers sur la partie sommitale (environ 1,8 km³ en 2003), les lahars se sont succédé envahissant les vallées Nooksack River et Skagit River et créant des lacs de barrage, Shannon Lake et Baker Lake. Les explosions hydromagmatiques ont arraché des flancs entiers du volcan, dans le secteur de Roman Wall.
        En 1843, des explorateurs firent le récit de chutes de rochers et de poussières sur toute la région avec de grands feux ce forêts. Peu de temps après, deux lahars envahirent le Baker Lake dont le niveau s'éleva de plus de trois mètres. En 1891, après la chute d'environ 15 millions de m³ de roches et de glaces, un nouveau lahar a parcouru une dizaine de kilomètres. En 1975, l'activité fumerollienne du Sherman Crater a subitement décuplé, ce qui laissait présager une éruption imminente ; le volcan a été alors équipé de nombreux instruments de géophysique et l'accès des environs a été momentanément interdit au public. L'activité sismique est cependant restée modérée. Deux années plus tard, l'activité fumerollienne s'est stabilisée et, de temps à autre, de petits lahars se répandent sur les glaciers tandis que des eaux chargées d'acides atteignent le Baker Lake. Compte tenu de son passé et de ses avertissements, on comprend que le Mont Baker soit actuellement l'un des volcans les plus surveillés de la Chaîne des Cascades. Il est probable qu'une nouvelle éruption est en préparation. " Une bombe, mais on ne connaît pas la longueur de la mèche ", comme l'avait dit le volcanologue David Johnston, avant d'être tué par l'explosion du Mont Saint Helens. Même si une prochaine éruption reste relativement modeste, la charge du volcan en glaciers laisse présager des lahars qui peuvent être dévastateurs.


Accès : 

        Partir de Seattle en direction de Vancouver (Canada), à Bellingham prendre la State Road 542 jusqu'à Glacier ; à Glacier prendre la Glacier Creek Road 39 jusqu'au parking (environ 13 km de bonne route).
        Le sentier n° 77 monte d'abord dans une forêt de pins, puis il atteint une moraine dégagée à l'approche du glacier d'Héliotrope Ridge. Monter jusqu'au Sherman Crater est ensuite une course de neige et glace.
        Compter deux jours pour l'ascension depuis Glacier et retour; bivouaquer sur un espace aménagé au sommet de la moraine et s'assurer d'une météorologie favorable, le temps étant rapidement changeant à cause de la proximité de l'Océan Pacifique. Du bivouac, la vue du sommet du volcan et des glaciers est, comme il est mentionné sur le guide d'ascension, " incredible and as a magical spot ".


Vue satellite : 


Désiré Corneloup

  LAVE n° 105 - Novembre 2003